mardi 16 août 2016

Lenovo sur le marché suisse en 2016

Lenovo : smartphones, portables, tablettes et serveurs

Au départ vendeur de postes de travail pour l’informatique, Lenovo a au cours de ces dernières années étendu sa gamme en y ajoutant smartphones, tablettes, PC portables, serveurs et même superordinateurs. Malgré la morosité actuelle du marché, elle compte bien challenger les leaders respectifs du marché dans chacun de ces domaines pour se positionner en pointe et si possible y rester.

Téléphonie mobile

« Nous voulons devenir et rester numéro trois mondial de la téléphonie mobile derrière Apple et Samsung » a déclaré Patrick Roettger, directeur de Lenovo Suisse, lors de sa présentation annuelle aux médias romands, annonçant que les « Motos », les smartphones Lenovo, sont à présent disponibles sur le marché suisse.  Rappelons que Lenovo a racheté en octobre 2014 à Google la ligne de téléphones mobiles Motorola  Mobility et que l’intégration de Motorola dans Lenovo est à présent terminée, ceci malgré les difficultés que cette opération a présenté et leur impact négatif sur les résultats financiers. Lenovo a pourtant encore un long chemin à parcourir dans ce domaine pour venir taquiner les leaders du marché.
Mentionnons pourtant parmi les modèles de smartphones le Moto Z auquel on peut, par aimantation, rattacher pile, haut-parleur ou projecteur ; le Moto X Force à écran IN-DES-TRUC-TIBLE quel que soit le traitement auquel il est soumis ; le Moto G4 avec son appareil de photo quasi professionnel (résolution 13 mégapixels, ouverture f2, écran Full HD de 5.5" et logiciel photo qui permet de régler séparément des paramètres tels que l’ouverture et la sensibilité ISO) ; enfin les prototypes d’un modèle souple qui s’enroule autour du poignet et d’une tablette pliable qui se transforme en téléphone.

Tendances du marché (selon Patrick Roettger) :

1. « Consumérisation » des terminaux. La séparation entre marché professionnel et privé tend à disparaître. Faut-il munir les employés de portables, tablettes ou smartphones ? Avec clavier ou écran tactile ? Windows ou Android ? De telles questions appartiennent largement au passé grâce à des modèles transformables qui combinent les différentes technologies, par exemple les portables Yoga. On parle de plus en plus souvent de « phablette », smartphone et tablette tout à la fois.
2. Consolidation des marchés. Au niveau des fabricants, des distributeurs et des  revendeurs.
3. Prolifération des serveurs cloud. Apparition de nombreux centres de calculs de dimension plus modeste, mais plus proches de l’utilisateur, venant s’interposer entre l’utilisateur et les gigantesques centres actuels.
4. Explosion du marché africain. On y a sauté plusieurs étapes, notamment celle du téléphone traditionnel. Le marché des smartphones y est en outre totalement déconnecté de celui des opérateurs.

Contexte économique

Comme tous ses concurrents, Lenovo évolue actuellement dans un contexte économique très difficile touchant toutes ses lignes de produit. L’année fiscale 2015 a été déficitaire, reflétant les difficultés de s’imposer sur le marché des serveurs et des téléphones portables, difficultés auxquelles s’ajoute actuellement une stagnation des ventes de PC. Réductions substantielles des coûts et du personnel, changements dans le management supérieur ont permis de redresser la barre pour rendre les deux derniers trimestres à nouveau profitables. Et Lenovo ambitionne toujours de rattraper les leaders mondiaux HP et Dell dans le monde des serveurs.

Rappelons finalement que la firme chinoise a acquis en 2011 le fabricant d’appareils électroniques et électroménagers allemand Medion AG lui ouvrant les portes de revendeurs tels qu’Aldi, Landi et Mediamarkt.