lundi 25 novembre 2013

Musée Bolo, mémoire de l'informatique




Le Musée Bolo : mémoire de la technologie informatique


« Disparition programmée » : c’est le nom de l’exposition présentée au musée Bolo à Dorigny (Lausanne). Créé en 2002, ce musée possède plusieurs milliers d’ordinateurs et objets de la technologie informatique, dont trois superordinateurs Cray et un Blue Gene/P récemment reçu d’IBM. On y trouve également des machines rares ou célèbres telles que l’Apple Lisa, l’IMSAI 8080, le PET Commodore, le TI 99/4A et le PDP-11. Ceux d’entre nous qui ont connu ce développement se souviendront avec émotion des temps où ils se battaient avec des télétypes, écrans verts, cartes perforées et disquettes géantes.

Les générations d‘ordinateurs disparaissent du paysage informatique aussi rapidement qu’elles y ont apparu, chaque année apporte son lot de nouveaux produits plus modernes et plus performants. Rares sont les fabricants d’ordinateurs du vingtième siècle qui ont survécu, ceci dans tous les domaines : superordinateurs, serveurs et ordinateurs personnels. Les moyens de communication offerts par internet et les multiples gadgets dont nous disposons sur nos smartphones, lit-on dans la brochure de présentation du musée Bolo, nous font oublier les nombreuses étapes qui ont conduit au monde numérique dans lequel nous vivons aujourd’hui. Sans les machines aujourd’hui dépassées, sans les pionniers qui les ont développées et fabriquées, nous n’aurions jamais atteint l’état actuel. Les machines d’hier présentes dans le musée témoignent du chemin parcouru et montrent la voie vers le futur.
 
 
Le musée Bolo : mémoire de la technologie informatique
 

Pistes de la disparition


Les ordinateurs ne disparaissent pourtant pas seulement parce qu’ils sont constamment remplacés par de nouveaux modèles. Le musée indique cinq pistes liées au thème de la disparition :

·         Réduction: les machines gigantesques du vingtième siècle ont été miniaturisées à tel point qu’elles ne seront bientôt plus visibles à l’œil nu. En même temps elles ont augmenté de façon exponentielle leur puissance, vitesse et capacité.  

·         Camouflage: L’ordinateur se cache dans les objets du quotidien tels que machines à laver, brosses à dents, montres, téléphones ou jouets. La technique disparaît sous l‘emballage.

·         Oubli: La complexité technologique disparaît derrière des interfaces qui nous permettent de communiquer avec le monde entier et d’explorer l’univers.

·         Dissolution: Rapidement, les ordinateurs ont été reliés par des réseaux, puis par des réseaux de réseaux. Tel un morceau de sucre qui se dissout dans l’eau, l’ordinateur se dématérialise dans un nuage informatique.

·         Humanisation: L’ordinateur ne communique pas seulement avec l’homme de façon de plus en plus conviviale. Son intelligence augmente et dépasse même celle de l’être humain dans certain domaines.
 

Blue Gene/P


 IBM Blue Gene/P...en état de fonctionnement
 
L’ordinateur Blue Gene/P, récemment remis au musée Bolo par IBM, a été en service à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) de 20009 à début 2013, entre autres pour des calculs de simulation complexes dans le cadre du projet Blue Brain. La machine comportait quatre armoires dont une est exposée au musée et remise en marche occasionnellement. Elle était refroidie à l’eau et possédait une puissance de 47.7 téraflops (mille milliards d’opérations en virgule flottante par seconde. Elle pointait alors au 99ème rand des ordinateurs les plus puissants de la planète. Son successeur à l’EPFL, le Blue Gene/Q, dispose d’une puissance de 189 téraflops.

Cimetière de dinosaures

 

Cray 2, superordinateur mis en service en 1988...avec la puissance de calcul d'un iPhone
 
Trois autres « dinosaures » de la technologie informatique reposent au musée Bolo. Un Cray 2 (1988 - 1993) dont les 280’000 puces dégageaient une chaleur de 195 kW, évacuée par un liquide de refroidissement, le Fluoinert, spécialement développé par 3M. Sa mémoire comprenait 2 Go. La Cray T3D (installée en 1994) est équipée de 256 processeurs DEC Alpha de 150 MHz et de 16 Go de mémoire. Il s’agit de la première machine massivement parallèle de Cray. Les processeurs sont reliés entre eux en un tore tridimensionnel, d’où la désignation T3D. Le Cray XT4 (448 processeurs à double cœur, 896 Go mémoire, 5 gigaflops de puissance) a été mis en service en 2007 au Centro Svizzero di Calcolo Scientifico à Manno (Tessin). Un tiers de sa puissance était utilisée pour les prévisions météorologiques.  Grâce à lui, la durée des simulations pour des prévisions à 24 heures ont pu être réduites de 60 à 25 minutes. Cray avait décoré la machine avec une image du drapeau suisse. Une quatrième machine Cray, jadis en fonction au CERN, est en voie de restauration.
 

Le musée Bolo 

 

Fondé en 2002, le musée Bolo se trouve au sous-sol du département d’informatique de l’EPFL à Dorigny près de Lausanne. Indépendant de l’EPFL, il est géré par une fondation privée. Une association  liée à Yves Bolognini, le collectionneur et créateur du musée, se charge de la remise en état du matériel. Le musée est ouvert du lundi au vendredi de 8H à 19H. Entrée gratuite. www.bolo.ch.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire